JEAN-PIERRE BLACKBURN PROVOQUE UNE RENCONTRE !


Selon le journal le Quotidien
JEAN-PIERRE BLACKBURN PROVOQUE UNE RENCONTRE !

Le candidat à l’investiture du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Jean-Pierre Blackburn, a rencontré les trois porte-étendards de la formation politique pour l’arrondissement de La Baie cette semaine. Martine Gauthier, Luc Boivin et Carolle Dallaire ont déjeuné avec l’aspirant au titre de chef, qui avait lui-même provoqué la rencontre. « Il voulait connaître nos priorités pour le parti, pour l’arrondissement et pour la grande ville. Il voulait surtout savoir c’était quoi nos valeurs », a raconté Martine Gauthier, qui s’est longuement préparée au préalable.
« Je lui ai dit : ‘‘Où étiez-vous quand vous avez été élu député ? Vous étiez avec un parti qui avait une vision et des valeurs. C’est ce que je fais aujourd’hui’’. Je n’aurais jamais dit ça en 2009 », fait valoir Martine Gauthier. Il faut dire que son association avec le Parti des citoyens de Saguenay en a surpris plus d’un. Au cours de son premier mandat, elle avait eu maille à partir avec le maire Jean Tremblay à quelques reprises, lui qui l’avait rabrouée en séance du conseil. Après l’élection de 2013, Martine Gauthier avait déclaré s’être sentie trahie par son collègue Luc Boivin au moment de l’élection du président de l’arrondissement. C’est le nouveau venu, François Tremblay, qui avait obtenu le poste.
Tout cela semble être maintenant chose du passé et la conseillère dit avoir écouté son entourage et ses électeurs avant d’adhérer au parti.
« Jean Tremblay avait sa façon de faire et son style bien à lui. Je n’avais pas eu beaucoup la chance de me faire connaître de me faire valoir auprès de lui avant il y a deux ans. Depuis que je suis dans le parti, je lui ai présenté tous mes dossiers. C’était propice à une plus grande ouverture l’un envers l’autre. J’ai fait un bout et lui aussi », affirme-t-elle.
Quant à Jean-Pierre Blackburn, Martine Gauthier dit avoir eu affaire à un homme « extrêmement respectueux, humain et capable d’une grande écoute ».
La conseillère jure que la direction du PCS ne lui a pas offert de siège au comité exécutif si elle est réélue.
« Jamais on ne m’a offert ça. Je n’aurais jamais adhéré à ça de toute manière », martèle-t-elle.

MartineGauthier