Pourquoi Michel Potvin ne s’est-il pas retiré du comité de sélection???


Nomination de Denis Lemieux comme DG de Promotion Saguenay:

 Pourquoi Michel Potvin ne s’est-il pas retiré du comité de sélection???

Encore une fois, Michel Potvin a eu un grave manque de jugement. Après avoir signé une lettre d’appui rédigée par le Parti Libéral du Canada à la faveur Lina Boivin, comme s’il en avait été l’auteur, Michel Potvin n’a pas eu le jugement de se retirer du comité de sélection de Promotion Saguenay alors que son grand ami, Denis Lemieux, postulait pour obtenir le job.

Et que dire de Josée Néron, parfaitement au courant des relations qui unissent les 2 hommes depuis plusieurs années, qui a carrément fait preuve d’aveuglement volontaire en laissant Michel Potvin se placer en conflit d’intérêt sans oser intervenir? Laxisme, incompétence, complaisance, ou un amalgame des trois???

« C’est un manque de jugement évident de la part de Michel Potvin, conseiller de l’ERD, d’être demeuré sur le comité de sélection alors que son ami figurait parmi les quatre candidats finalistes, lance Dominic Gagnon. »

Plusieurs se posent alors la question s’il s’agit d’une nomination partisane, monsieur Lemieux ayant appuyé son ami Michel Potvin lors de la dernière campagne électorale municipale. Le doute est renforcé par la décision de la mairesse de ne pas divulguer la position du candidat Lemieux aux tests psychométriques parmi les quatre finalistes.

« Josée Néron avait promis la transparence. Alors pourquoi cache-t-elle les résultats des candidats obtenus aux tests. Il y a visiblement anguille sous roche… Le PCS, au nom des citoyens de Saguenay,demande plus de transparence et moins de cachoteries. »

Reste aussi à voir comment Denis Lemieux réussira-t-il à obtenir de l’argent du fédéral dans le contexte particulier de son départ de la vie politique et de l’élection de Richard Martel, du parti conservateur.

Bref Michel Potvin et sa chef de l’ERD ont encore une fois manqué de jugement et de transparence dans ce processus de nomination.

Dominic Gagnon, chef du PCS